Rechercher
  • Julie

Aujourd'hui j'apprends à affronter un obstacle...

Tout devient compliqué dans votre vie quand vous pensez que vous n’avez pas le choix…

Lorsque que quelque chose vous tombe dessus : vous êtes licencié, votre tendre moitié vous quitte, vous perdez un être cher… Quelque chose de terrible se met en travers de votre chemin, quelque chose qui n’était pas prévu, sur lequel vous n’avez aucun contrôle !


C’est une des pires sensations, cette sensation d’être face à un obstacle, que vous ne pouvez rien faire, qu’il n’y a rien à faire, que c’est injuste et qu’il ne vous reste plus qu’à souffrir.

Cette sensation est d’autant plus désagréable que très souvent ça nous « tombe littéralement dessus » tel un couperet. Il y a d’abord le choc, qui nous laisse abasourdit. Il y a ensuite un moment de rébellion, on essaye de rejeter ce problème, de trouver un fautif, une raison de se fâcher. Et puis ensuite vient souvent la tristesse, le sentiment d’injustice et d’impuissance.


Comme nous tous j’ai moi aussi connu des obstacles petits et grands. D’autant plus maintenant, en plein cœur de la crise du COVID-19 : l’entreprise qui m’emploi et que j’ai aidé à bâtir pendant 2 ans s’écroule et le business que j’ai monté avec mon mari est à l’arrêt complet, les deux menaçant de s’effondrer complètement, et tout notre investissement avec.

Et nous ne sommes pas encore rentiers… Donc l’effondrement de notre business veut bien dire une faillite et la perte de toutes nos économies investies, la fin de notre rêve… Je vous explique ceci car ce qui va suivre n’est pas facile à entendre mais je veux que vous gardiez en tête que non, ce n’est pas « facile » pour moi non plus.


L’immense chance que j’ai dans cette situation, comparé à d’autres que je vois dans mon entourage et qui sont victimes d’angoisses et d’insomnies, c’est que je sais que peu importe ce qu’il va se passer, j’ai le choix !


Oui oui, vous m’avez bien entendue : le choix !


La première chose à faire quand un cataclysme vous tombe dessus c’est de le voir de façon rationnel, dénué de tout sentiments et seulement ensuite vous pourrez voir la multitude de possibilités qui s’offrent à vous et c’est là que vous verrez que vous avez le choix. Facile ? Eh bien vous allez voir que oui…

Donc si vous voulez (mais la volonté reste clé) vous en sortir voici la méthode :


Regardez le rocher face à vous.

Je bénirai toujours la psy que j’ai consulté quand j’avais 25 ans et qui m’a donné cette technique. Docteur Cleda encore mille mercis ! Lorsque vous êtes confronté à un obstacle, peu importe sa taille c’est comme si un énorme rocher barrait votre chemin. Vous pouvez vous énervez autant que vous le voulez, vous rendre malade, pleurer, déprimer ou taper dedans continuellement, la seule personne à qui vous faites du mal : c’est vous… Vous pouvez regarder chez les autres, vous lamentez sur votre injustice parce que vous êtes seul face à cette situation, rien n’y fera : de façon objective et rationnelle, ce rocher ne bougera pas d’un iota.


Là vous avez un premier choix : vous effondrez à son pied, abandonner et restez coincé. Ou alors vous décidez de vous assoir, de le regarder dans son entièreté et accepter qu’il soit là, une bonne fois pour toute et que vous allez devoir faire avec.


Sincèrement, si vous choisissez que VOUS NE VOULEZ PAS qu’il soit là, que vous allez rester buté et borné le temps qu’il s’en aille, à nouveau c’est VOTRE choix mais je vous le dis : un rocher suite à un éboulement n’a jamais bougé grâce à la force du saint esprit et vous stagnerez. C’est triste mais c’est votre décision. Vous resterez coincés pendant que d’autres avanceront.

Mon conseil est donc de le regarder en face, de vous dire « OK il est là c’est un fait alors comment est-ce que je fais avec ? »


Une fois que vous avez pris conscience que vous devrez faire avec cet obstacle, la première question à vous poser est « Est-ce qu’il y a quelque chose que je puisse faire MOI pour le

bouger ? Suis-je en possession des outils pour le détruire ? »

Si la réponse est « oui » alors sortez votre dynamite, votre pelleteuse et on y va ! Oui la tâche est dure, oui ce n’était pas prévu et cela demande un surplus d’énergie qui n’était pas au programme mais la vie est faite d’embûches et quand on a la possibilité de les déjouer et bien on se ramasse et on y va. Parce que l’autre solution c’est d’avoir un bâton de dynamite dans son sac et de rester à pleurer sans jamais l’utiliser et ça c’est juste bête…


Si cependant vous êtes comme moi avec la crise du coronavirus, face à un obstacle auquel vous ne pouvez rien changer, face à un rocher sans aucun outil pour le détruire, alors la deuxième solution et bien c’est de faire AVEC.

Est-ce que je peux trouver le vaccin ? Sincèrement, autant je suis très motivée à l’idée de renvoyer mes enfants à l’école autant mes connaissances scientifiques sont assez limitées… J’ai déjà du mal à épeler « chloroquine » alors bon… Est-ce que je peux lutter contre le confinement strict qui m’impose de fermer mon business et qui me laisse avec une perte sèche et des frais fixes ? Non…


Mais je sais aussi que me rouler sous la couette, pleurer toutes les larmes de mon corps, ne plus me doucher pendant des semaines et m’enfiler une bouteille de Gin ne changera rien de chez rien. Quand j’émergerai de ma torpeur et de ma situation de victime, les problèmes seront toujours là. La situation sera toujours telle quelle et quelque chose d’aussi factuel qu’un rocher ne se sera pas retourné en me disant « Oooooh pardon, je n’avais pas vu que je t’avais fait de la peine et que j’encombrai tes plans, allez d’accord je m’en vais »


Bref, regardez les choses en face : la situation est telle qu’elle est alors comment est-ce qu’on fait AVEC.


Une fois que j’ai accepté que cette situation était immuable, c’est là où je commence à envisager mes choix et mes solutions.

Et je vous le promets : il n’y a AUCUN problème sans solution ! S’il n’y a pas de solution, il n’y a pas de problème ! Je n’ai pas dit que les solutions feraient plaisir à tous mais bien qu’il en existe toujours quand on a décidé de se sortir d’un problème.


Vous verrez, c’est là où on commence à être constructifs et créatifs !


Pour notre part, nous sommes mis à chercher comme des dingues toutes les aides possibles, demander à tous nos fournisseurs ce qu’ils pouvaient faire, refaire les comptes et stopper toutes les dépenses inutiles. Vu que nous avons été très rapides dans nos actions, nous avons pu limiter une grande partie des dégâts. Vu que personne ne sait encore combien de temps cette crise durera, il était important de sécuriser nos avoirs (et ceux de notre investisseur) afin que chaque centime soit utilisé de façon efficiente. S’en est presque devenu un jeu…


Un jeu ? comment peut-elle parler de jeu dans un moment pareil ! Laissez-moi vous dire une chose : faire les choses en pleurant et en s’énervant ne sert qu’à embuer votre néocortex de toxines handicapantes. Oui c’est un fait scientifique : les hormones du stress agissent comme un bloquant sur votre cerveau, empêchant toutes les zones créatives de se révéler. Pire, au plus haut est votre niveau de stress au plus c’est votre cerveau rachidien, votre cerveau primaire d’homme de Cro-Magnon, qui va prendre le dessus. Exactement comme un lapin qui se fige dans les phares.


Donc tant que vous avez décidé de traiter votre rocher avec des sentiments, de l’énervement, du stress et sans aucun recul, vous faites le choix de ne pas vous en sortir.


Bref, une fois le plus gros de la phase de sauvetage financier terminée, nous pouvions souffler un peu et nous attaquer au sauvetage de l’image de marque, comment amorcer le « keep in touch » avec nos clients pendant cette crise pour faire en sorte qu’ils reviennent chez nous directement après.


Et ça c’est mon deuxième truc pour affronter un obstacle : c’est un conseil que j’avais reçu d’un de mes mentors lorsque nous avions dû faire face au tsunami économique qu’a été la crise des « subprimes » en 2008 : un problème immense doit être morcelé pour être traité efficacement. Une fois que vous accepté votre rocher, analysez-le pour savoir par où vous devrez passer pour le contourner.

Personne n’a jamais réussi l’ascension de l’Everest en criant « à l’attaaaaaaaaque » et en courant sur le premier flanc en converse et en polaire Quechua.


Non, un rocher ça s’analyse et son trajet se prépare, se morcelle. C’est en préparant l’ascension de votre obstacle que vous abattrez chaque tâche de façon constructive en anticipant les étapes d’après.


Donc après nous avons commencé à préparer nos vidéos online, nos Facebook live, nos messages personnalisés envers nos clients, etc. est-ce qu’on y connaissait quelque chose dans ce domaine ? Absolument pas ! Est-ce qu’on avait le choix ? Si on voulait trouver une solution, il fallait s’y mettre alors « à la guerre comme à la guerre » on s’est renseignés (Google est un ami tellement précieux) on a essayé, on s’est plantés et on a recommencé.

Parce que l’autre choix s’était d’abandonner et pour nous ce n’est pas une option.


Et voici mon dernier conseil en cas d’obstacle : N’oubliez pas que dans toute crise il y a des opportunités (on a vu des usines de Brandy se mettre à produire du gel hydroalcoolique et des entreprises de graphisme créer des masques avec leurs imprimantes 3D) pour ma part j’ai décidé de faire quelque chose qui me tenait à cœur mais que je ne trouvais jamais le temps de faire : créer mon podcast !


Donc si vous n’arrivez pas à voir les choses avec suffisamment de recul, si vous ne préparez pas la façon dont vous aller rebondir, vous ne pourrez pas non plus garder vos yeux ouverts pour de nouvelles possibilités.


Alors quand vous êtes face à un obstacle, aussi immense soit-il ! Que ce soit un divorce, un décès, une faillite : Vous avez le choix, et il ne tient qu’à VOUS de reprendre VOTRE chemin en main. Prenez un moment pour l’analyser et REPARTEZ, c’est ça qui est excitant.


Et puis si on y réfléchit bien : on est toujours admiratifs de ceux qui ont commencé de rien, ou de ceux qui ont trébuché et qui ont tout reconstruit, alors pourquoi est-ce qu’on n’en ferai pas

partie ?

Et puis restez dans le fond du ravin à admirer les orties ne paraît pas très exaltant…



Donc aujourd’hui pensez à cet obstacle qui vous barre la route, posez-vous les bonnes questions, et préparez votre chemin d’ascension. Vous verrez, vous admirerez la vue une fois en haut…

8 vues

© 2020 all rights reserved Guru Mindset